EAU : MAINTENIR LA QUALITE ET UN PRIX RAISONNABLE

A Saint-Michel, la gestion du service de l’eau a été déléguée à la société VEOLIA. Un nouveau contrat de concession a pris effet le 1er janvier 2019 pour une durée de sept ans. Ce nouveau contrat a permis à Saint-Michel de limiter l’augmentation du prix de l’eau qui s’observe partout en France.

VEOLIA assure le fonctionnement du service, les investissements prévus au contrat et la facturation. La facture d’eau comporte une partie pour le délégataire VEOLIA et une partie pour la commune qui n’a pas changé depuis plusieurs années. Il est aujourd’hui de 2,21 € le m³. Il était de 1,78 € le m³ auparavant. Cette augmentation est la conséquence d’un décret relatif aux contrats de concession pris par le Gouvernement qui a ramené à cinq ans la durée normale des concessions au lieu de 12 ans auparavant à Saint-Michel. A cause de cette disposition, les délégataires dans leurs propositions de prix compensent sur une durée plus courte leurs charges et augmentent leurs tarifs.

Les installations à gérer et entretenir sont la station de captage située à Bucilly qui a fait l’objet de périmètres de protection dès 2008, les deux réservoirs d’eau semi-enterrés de la rue de Cocréaumont dont l’étanchéité a été refaite, le château d’eau remis à neuf en 2014 et près de 59 kms de canalisations et de branchements. Le volume d’eau produit est d’environ 220 000 m³ par an.

De nouveaux travaux seront nécessaires : la mise en place de vannes de sectorisation, le remplacement de canalisations route de Montorieux et rue du Chamiteau notamment dont le coût prévisionnel s’élève à près de 500 000 € ! Le coût de ces travaux est à comparer avec les recettes que représente la part communale du prix de l’eau qui est en moyenne de 65 000 € par an.

Avec la liste UNION ! ACTION ! Liste de progrès pour Saint-Michel c’est l’assurance que l’entretien nécessaire des équipements sera fait pour la sécurité de l’approvisionnement en eau des 1500 abonnés de Saint-Michel.

Le château d’eau a été rénové et peint d’une fresque rappelant le chêne Gahot

La qualité de l’eau est un souci constant. L’eau distribuée à Saint-Michel est de qualité. Chaque année VEOLIA adresse aux abonnés une fiche qui détaille les analyses réalisées et les prélèvements qui sont faits sur le plan bactériologique, des pesticides, des nitrates, de la teneur en calcium et en magnésium et du fluor.

Parmi les travaux prévus, figure la mise en place d’un dispositif de traitement de la turbidité. En effet, la station de captage est située à Bucilly en fond de vallée à proximité du Ton. Lors de fortes pluies, les eaux de ruissellement chargées de boue peuvent s’infiltrer ce qui rend nécessaire une surveillance des matières en suspension dans l’eau.

L’eau distribuée à Saint-Michel satisfait ainsi aux exigences réglementaires de qualité pour l’ensemble des paramètres mesurés au cours du contrôle sanitaire. Une surveillance des pesticides est réalisée.

Avec la liste UNION ! ACTION ! Liste de progrès pour Saint-Michel c’est l’assurance que la qualité de l’eau sera constamment surveillée.

THIERRY VERDAVAINE APPLIQUE LE PRINCIPE DE PRECAUTION

Début février 2020, des précipitations exceptionnelles pendant plusieurs jours ont fait monter le Ton et la station de pompage de l’eau de Saint-Michel a été stoppée automatiquement en raison d’une turbidité. Bien sûr, la qualité de l’eau distribuée à partir du château d’eau et des réservoirs a été préservée et contrairement à ce que des irresponsables ont colporté, elle a toujours été propre à la consommation. C’est pour économiser l’eau, afin que les réservoirs ne se vident pas complètement, qu’une distribution de bouteilles d’eau minérale a été organisée le 4 février à la salle des fêtes le temps que le niveau de turbidité soit redescendu et que le pompage puisse reprendre. Cette distribution qui a mobilisé les agents communaux a été l’occasion de mener une action de sensibilisation. L’eau est et sera de plus en plus un bien précieux qu’il s’agit d’économiser. Lors du conseil de la communauté de communes des trois rivières qui se tenait le soir même, Thierry Verdavaine a abordé la question de cette ressource en eau en indiquant qu’une solution devait être trouvée à l’échelle intercommunale car toutes les communes sont concernées. Ainsi, la création d’une unité de traitement de la turbidité serait un investissement intercommunal utile. Il conviendrait que cet équipement voit le jour avant que la compétence « Eau » ne soit transférée à la communauté de communes en 2026 comme le prévoient les textes.

La distribution de bouteilles a permis une action de sensibilisation sur l’eau